Une rénovation en toute discrétion

12 octobre 2017

Une rénovation en toute discrétion

Avenue Kennedy, Paris 16e, l’ascenseur d’un élégant immeuble haussmannien a été remplacé par un nouvel appareil parfaitement intégré dans l’architecture de l’édifice. La remise à neuf a donné naissance à une réplique fidèle, confortable… Et aux normes !

Dans le prestigieux quartier parisien de Passy qui fait face à la Tour Eiffel, dans une avenue du 16e arrondissement longeant la Seine, le remplacement de l’ascenseur d’un vénérable immeuble du 19e siècle a donné naissance à une réplique fidèle de l’ancien appareil, pour une rénovation en toute discrétion. L’édifice en pierre de taille était équipé d’un ascenseur vieillissant. Les propriétaires souhaitaient préserver le cachet de l’ancienne cage d’escalier grillagée, mais ils désiraient moderniser l’installation et, surtout, permettre à la future cabine d’atteindre le 7e et dernier étage, qui n’était alors desservi que par l’escalier. En réponse à ces attentes, les équipes de Drieux-Combaluzier ont conçu sur mesure, fabriqué, installé et mis en service un nouvel ascenseur dans l’esprit de l’ancien, qui atteint le dernier étage de l’immeuble et qui répond à l’ensemble des normes de sécurité et des critères de confort d’aujourd’hui.

Dessiné sur-mesure

Les travaux ont commencé par l’ouverture du plancher intermédiaire qui sépare l’avant-dernier et le dernier étage du bâtiment. Dessiné sur-mesure, le nouveau pylône autoporteur en tôles d’acier électrozingué, de forme hexagonale, épouse les contours de la cage d’escalier existante, fermée par des grillages en fer. D’une largeur de 104 cm pour une profondeur de 88 cm, il a été revêtu d’une peinture noire afin de se fondre harmonieusement dans le décor intérieur et de s’apparenter fidèlement à l’ancienne installation. Il comporte deux faces vitrées permettant de faire circuler la lumière et de libérer la vue sur l’extérieur depuis la cabine. L’escalier en bois peint, habillé d’un tapis et accompagné d’une main courante en bois verni, n’a subi aucune transformation : il a été entièrement conservé en l’état. Les travaux de mise en oeuvre ont duré moins de quatre mois.

Une cabine menuisée en chêne

Afin de ressembler à s’y méprendre à l’ancienne cabine, et pour préserver le style ancien de la décoration intérieure de l’immeuble, la nouvelle cabine a été entièrement menuisée en chêne. Son habillage intérieur est orné de moulures et de corniches façonnées sur mesure. Également hexagonale et vitrée sur deux faces, de 75 cm de large et 73 cm de profondeur, elle offre un volume confortable. Ses vitrages, comme ceux de ses portes en accordéon et des portes palières panoramiques, sont encadrés par des baguettes en laiton qui s’accordent avec toutes les autres quincailleries de l’appareil : plaque d’écran, boutons, poignées, plastrons des paliers, spots d’éclairage encastrés… La cabine est équipée d’une nouvelle carte électronique et accepte les charges jusqu’à 500 kg. Le bouton d’appel d’urgence permet à ses occupants d’être directement et immédiatement mis en ligne avec le service de dépannage d’urgence. Ces technologies invisibles, cachées sous la parure de matériaux nobles soigneusement ouvragés, permettent de respecter parfaitement l’esprit du majestueux immeuble.

Contactez Drieux-Combaluzier

Newsletter 4 – Octobre 2017

edito

Éternelle jeunesse « À 20 ans ou à 70 ans, si tu as le coeur jeune… C’est la même chose », écrivait Henri Salvador*. Force est de constater que ce qui est vrai pour un homme l’est aussi pour une architecture, un immeuble, un ascenseur, une entreprise… Les majestueux édifices parisiens en pierre de taille […]

Lire la suite

Travaux acrobatiques : un métier à la hauteur

patrimoine

Le Grand Palais, la Fondation Vuitton, le Sacré-Coeur… Mais aussi gares et bureaux, Olivier Desnous a été amené à gravir de nombreux édifices. En effet, depuis 17 ans, il dirige la société Sky Scrapper, spécialisée dans le nettoyage et les travaux acrobatiques. Rencontre.   Comment en êtes-vous arrivé à lancer une entreprise de nettoyage et […]

Lire la suite

Christian Julienne : un serrurier aux 120 pièces

compagnon

Si Christian Julienne ambitionnait de travailler dans l’auto¬mobile, c’est comme adjoint au chef de l’atelier serrurerie de Drieux-Combaluzier qu’il s’épanouit au quotidien et ne regrette plus du tout son choix. Il nous présente les étapes clés de son métier : la fabrication des pylônes. Voilà vingt-sept ans que Christian Julienne, serrurier, travaille chez Drieux-Combaluzier. En […]

Lire la suite