La passion du bois – Jean Noel Ricquebourg

16 janvier 2017

La passion du bois – Jean Noel Ricquebourg

Parler menuiserie chez Drieux-Combaluzier, c’est naturellement se tourner vers Jean-Noël Ricquebourg. Depuis 37 ans, il façonne et fabrique les cabines et leurs habillages…

Et même des placards ! Portrait d’un amoureux du travail bien fait qui accueille avec plaisir clients – et apprentis – dans son atelier.

C’est à la fin de sa formation en menuiserie que Jean-Noël Ricquebourg a rejoint Drieux-Combaluzier. C’était en 1979. À l’époque, l’entreprise, installée dans le 19e arrondissement de Paris, concevait deux cents à trois cents ascenseurs par an : elle recherchait activement des artisans pour répondre à une demande forte en cabines en bois s’intégrant parfaitement dans les immeubles anciens de la capitale. Rapidement, le menuisier se spécialise dans cette activité, prenant plaisir à maîtriser les spécificités de ces appareils destinés, pour la plupart, aux édifices haussmanniens.

Modernisation et rénovation

Aujourd’hui, les clients qui commandent un ascenseur ont le choix entre des modèles en chêne massif ou en bois rouge massif qui habillent les nouvelles gammes Historique, Moderne et Bastille, avec – bien sûr – la possibilité de concevoir sa cabine sur-mesure.

“ S’ils souhaitent une cabine vitrée par exemple, celle-ci doit être en  bois massif pour des questions de solidité et de stabilité. ” explique l’artisan. Cependant, entre le remplacement et la modernisation, il s’agit avant tout de rénover des cabines qui ne répondent plus aux normes de sécurité actuelles et aux attentes d’aujourd’hui en matière de confort. C’est ainsi que Jean-Noël Ricquebourg fabrique souvent des portes battantes sur des modèles qu’on lui apporte endommagés.

Il façonne également des pièces de bois de remplacement : lames de parquet, marches d’escalier, rampes, habillages divers. Et même des placards ! Car la rénovation d’un ascenseur implique en général celle de la cage d’escalier dans son ensemble. Il fabrique notamment des pièces utiles au rattrapage de différences de niveaux : une barre de seuil pour un sol qui n’est pas plan, une marche à la bonne hauteur…

Humilité oblige

“ Travailler comme si le client c’était moi. ”

Ce qui lui plaît dans son métier ? “ Il faut trouver une solution à chaque problème posé, raconte-t-il dans un sourire, et fabriquer à l’identique des pièces uniques en leur genre. Cela demande de la réflexion avant de passer à l’action. ” Et une humilité sans égale, car la qualité de son travail se reconnaît à la discrétion de son intervention : tout remplacement ou réparation doit passer inaperçu. “ Chaque pièce de bois que je rapporte doit avoir l’air ancienne et authentique,

explique-t-il. Je copie d’abord l’élément à changer, puis je lui donne exactement la même teinte de vernis, en mélangeant moi-même les couleurs dans mes préparations. Ses meilleurs souvenirs ? “ Ce ne sont pas les chantiers les plus prestigieux, poursuit-il, mais plutôt les clients qui se sont montrés sensibles à mon travail et exigeants en qualité. J’aime répondre à des demandes spécifiques : un toit d’une certaine forme, un panneau à la moulure particulière…

J’envisage les contraintes comme des défis à relever ! ” En 2017, le menuisier accueillera une nouvelle apprentie. Ce qu’il aura envie de lui transmettre en premier, c’est le goût du travail bien fini. “ La menuiserie est un métier de patience et d’application, confie-t-il. Il faut aimer soigner les détails. ” Dans le façonnage, par exemple, d’une minuscule pièce de bois pour cacher une ferrure en sous-face d’une rampe. “ Je dis toujours à mes apprentis : fabriquez chaque chose comme si le client, c’était vous ! ajoute-t-il. Et ne terminez pas votre travail tant que vous n’êtes pas pleinement satisfait du résultat. ”

Contactez Drieux-Combaluzier

Drieux-Combaluzier vous assure la continuité de ses services

Nous traversons aujourd’hui une situation exceptionnelle. En cette période difficile, rien n’est plus important pour nous que d’assurer la santé et la sécurité de nos collaborateurs et usagers. Ensemble, grâce à un effort collectif, nous allons nous battre contre cette crise sanitaire.   Notre priorité : la sécurité de nos collaborateurs et usagers   Nous mettons […]

Lire la suite

Appeler un ascenseur : que se passe-t-il ?

Pour beaucoup, appeler un ascenseur, se résume à appuyer sur un bouton pour monter ou descendre plusieurs étages d’un immeuble. Pourtant, derrière ce geste simple et anodin, s’active une série d’événements où des informations sont échangées et des mécanismes sont actionnés de manière automatique. De nos jours, les ascenseurs sont devenus de vrais bijoux de […]

Lire la suite

Quelle est la durée de vie d’un ascenseur ?

Au début des années 2000, une recrudescence d’accidents a mis en évidence les risques d’un parc d’ascenseurs vieillissant, pour ses usagers comme pour les agents chargés de sa maintenance. Suite à des événements dramatiques, le législateur a instauré en 2003 de nouvelles obligations pour améliorer la sécurité des ascenseurs en France et notamment rendre obligatoires […]

Lire la suite