Appeler un ascenseur : que se passe-t-il ?

10 mars 2020

Appeler un ascenseur : que se passe-t-il ?

Pour beaucoup, appeler un ascenseur, se résume à appuyer sur un bouton pour monter ou descendre plusieurs étages d’un immeuble. Pourtant, derrière ce geste simple et anodin, s’active une série d’événements où des informations sont échangées et des mécanismes sont actionnés de manière automatique.

De nos jours, les ascenseurs sont devenus de vrais bijoux de technologie, mais que se passe-t-il lorsque vous appuyez sur le bouton ?

 

La transmission des messages : le rôle de la carte électronique 

 

Aujourd’hui, les ascenseurs de tous les ascensoristes sont automatisés pour le confort de leurs utilisateurs. Cette particularité, nous la devons à une carte électronique présente dans l’ensemble des appareils. Véritable cerveau du fonctionnement de votre ascenseur cette carte permet notamment de convertir une information transmise (appuyer sur le bouton) en action (déplacement de la cabine).

Mais ce n’est pas la seule fonctionnalité pour laquelle cette carte est programmée : C’est également elle qui déclenche la fermeture automatique des portes, les signaux sonores, la télésurveillance, l’arrêt de l’appareil en cas de surcharge etc…

 

Au sein de Drieux Combaluzier, c’est Jean Dias qui est chargé de la programmation de nos cartes. N’hésitez pas à consulter l’article Jean Dias : les cartes électroniques des ascenseurs dédié au travail de ce collaborateur.

 

La programmation, dont Jean est notre spécialiste, permet également de mettre en place des fonctionnalités spécifiques à nos ascenseurs, tenant compte du nombre d’étages, du nombre d’ascenseurs, ou des désirs de leurs utilisateurs. Ainsi, différents scénarios d’utilisation peuvent être programmés, comme un accès uniquement par clé à certaines heures, un badge ou un code n’autorisant l’accès qu’à certains étages.

Les possibilités de nos cartes électroniques sont multiples et grâce à celles-ci, nous élaborons les scénarios idéaux pour votre utilisation quotidienne.

 

La fermeture des portes : mécanisme primordial, mais exposé

 

« Au contact régulier des usagers, les portes et les serrures d’ascenseur concentrent une grande partie des demandes d’intervention », explique Fabrice Grasseau, responsable Process Opérationnels chez Drieux-Combaluzier, « 30% de nos prises en charge leur sont dédiées ». En cause, le plus souvent ? « Un problème de réglages, d’usure naturelle ou encore de vandalisme ».

 

Le bon fonctionnement des portes d’un ascenseur est primordial pour la sécurité de ses utilisateurs. Pourtant, cet organe de l’appareil, fortement sollicité au quotidien est de fait le plus exposé à des dysfonctionnements voire à des dégradations. Pour garantir la sécurité des usagers, la législation impose un certain nombre de dispositifs sur chaque ascenseur :

 

  • Des serrures munies de dispositifs de contrôle de la fermeture et du verrouillage des portes palières : Ils préviennent toute réouverture des portes lorsque l’ascenseur est en mouvement.
  • Un dispositif de détection de présence des personnes : destiné à les protéger contre le choc des portes coulissantes lors de leur fermeture.
  • Une résistance mécanique suffisante du vitrage de la porte palière : pour garantir sa solidité et la sécurité de l’usager.
  • Un système de verrouillage des portes et portillons destinés à la visite technique de la gaine et de la cuvette, ainsi que des portes de secours. Ce dispositif intègre une commande automatique de l’arrêt de l’ascenseur, activée lors d’une ouverture par le personnel d’intervention.
  • Enfin, si le propriétaire le juge nécessaire, un dispositif empêchant ou limitant un déverrouillage mal intentionné des portes palières peut être installé.

 

Le déclenchement du mécanisme de levage

 

De nombreux autres dispositifs, plus discrets, garantissent à nos clients l’usage d’un ascenseur fonctionnel et sécuritaire. C’est notamment le cas du dispositif d’élévation de l’ascenseur. A l’instar des portes, ce dispositif présente des fonctionnalités obligatoires pour assurer la sécurité de l’utilisateur, mais également celle des agents chargés de la maintenance des ascenseurs. La plupart de ces dispositifs s’appuient sur la reconnaissance de la vitesse de la cabine pour détecter d’éventuels problèmes :

 

  • Le parachute de cabine et le limiteur de vitesse en descente fonctionnent mécaniquement et permettent, dans un ascenseur électrique, de prévenir toute vitesse excessive de la cabine. Ce dispositif ne s’enclenche que de façon très occasionnelle, si un usager saute très violemment dans une cabine par exemple.
  • La protection contre la chute en gaine lorsque la cabine est immobilisée en dehors de la zone de déverrouillage : Un garde-pied, rétractable ou non, vient sécuriser tout espace vacant potentiel entre la cabine et le pallier, en cas de dégagement de personne.
  • Le dispositif de contrôle de l’arrêt et du maintien à niveau de la cabine. Ce système assure un accès sans danger à la cabine, à tous les paliers desservis. L’ascenseur se remet automatiquement à hauteur en cas de variation en niveau de la cabine. Il garantit également l’accès des personnes handicapées ou à mobilité réduite.
  • Le système de protection contre la chute libre, la dérive et la survitesse des ascenseurs hydrauliques. Ces ascenseurs présentent des systèmes particuliers. Ils doivent donc disposer, en fonction des modèles, de dispositifs bien spécifiques, entraînant des contraintes de maintenance supplémentaires.
  • Le dispositif de protection contre la vitesse excessive de la cabine en montée, pour les ascenseurs électriques à adhérence donc la charge maximum est supérieure à 300 kg.

 

Pour en apprendre davantage sur les normes de sécurité auxquelles sont soumis nos ascenseurs, vous pouvez consulter notre article Normes ascenseurs : réglementation et conformité.

Accessibilité des personnes à mobilité réduite : ce qui change pour vos immeubles

La loi ELAN, promulguée en novembre 2018, portant sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique prévoit de “Construire plus, mieux et moins cher”.  Elle impose des normes à respecter pour la construction afin de protéger les plus fragiles, notamment les personnes à mobilité réduite (PMR). Plusieurs décrets de cette loi sont étroitement liés […]

Lire la suite

Ascenseurs : à quoi faut-il penser lorsque l’on on devient copropriétaire ?

Devenir copropriétaire, c’est être confronté à de nouvelles charges, c’est devoir prendre de nouvelles décisions, notamment lorsque votre bâtiment dispose d’un ascenseur ou que vous souhaitez en faire installer un. Certaines démarches sont alors à prévoir conjointement avec les autres propriétaires de votre bâtiment.     Quelles démarches à prévoir   Lorsque vous intégrez une copropriété […]

Lire la suite

Property Manager : quels éléments prendre en compte pour établir votre contrat de maintenance ?

Choisir un contrat de maintenance n’est pas toujours de tout repos notamment pour un Property manager. Pourtant, ce document est obligatoire pour toute copropriété disposant d’un ascenseur. Alors, quels sont les différents critères à prendre en compte dans le choix de mon contrat ? Comment simplifier le quotidien des Property manager en charge d’un parc […]

Lire la suite