L’ascenseur cinéphile du Grand Rex

12 juin 2018

L’ascenseur cinéphile du Grand Rex

Cinéma parisien mythique, salle de spectacle et musée, le Grand Rex abrite en son sein un ascenseur pas comme les autres. Gros plan sur l’un des clous de la visite de ce lieu unique en son genre.

Mythique pour les cinéphiles, emblématique pour les Parisiens, le Grand Rex élève son architecture Art Déco au coeur du quartier vibrant, toujours en éveil, des Grands Boulevards de la capitale. Inauguré en 1932 et inscrit aux Monuments Historiques, ce cinéma de sept salles de projection se distingue par sa “Grande Salle” de plus de 2700 places, au plafond de 30 mètres de haut, équipée d’une arche lumineuse et d’un écran “Grand Large” de près de 300 m2. Il accueille régulièrement des séances en avant-première réunissant les équipes des films, mais aussi des festivals, des projections thématiques, des comédies musicales, des spectacles, des concerts, etc.

L’ASCENSEUR, UN DES PASSAGES OBLIGÉS DE LA VISITE

Le Grand Rex est aussi un musée du cinéma qui doit son originalité à un parcours de 50 minutes faisant découvrir les coulisses de ce lieu unique en son genre. Le visiteur est invité à cheminer à l’arrière du grand écran et à parcourir les espaces techniques. Il traverse l’histoire du Grand Rex et le monde des métiers du 7e Art. Il apprend les étapes du tournage et du montage d’un film, s’initie aux trucages, à la figuration, et même aux métiers d’acteur et de doubleur de voix. Dans cette visite, l’ascenseur joue un rôle à la hauteur de son intervention dans de nombreux classiques comiques, dramatiques ou d’épouvante. Souvent utilisé comme un lieu d’intrigue ou de suspense, l’ascenseur est, dans les “Rex Studios”, un des passages obligés de la visite. Il participe au jeu scénique du parcours imposé en transportant les cinéphiles à l’arrière du grand écran, ralentissant, s’arrêtant puis accélérant au fil de son ascension afin de permettre d’admirer, à travers une paroi de cabine entièrement vitrée, des projections scénographiées dans la Grande Salle. Le vitrage de la cabine, à cristaux liquides, passant de l’état opaque à l’état transparent afin de ménager les surprises…

 

DES CONTRAINTES DE CONCEPTION ET DES ÉTUDES POUSSÉES

Conçu sur mesure, fabriqué, installé et mis en service il y a vingt ans par Drieux-Combaluzier, l’ascenseur est toujours régulièrement contrôlé et entretenu par l’entreprise. Il a fait l’objet d’études poussées pour s’intégrer parfaitement dans l’architecture historique du lieu et pour satisfaire les besoins particuliers de son utilisation. Étant données les contraintes du bâtiment existant, l’appareil devait occuper un volume minimum dans sa partie haute : les poulies sont ainsi installées au-dessous de la cabine. Les dimensions et le poids de charge autorisé de la cabine rectangulaire permettent d’accueillir un groupe d’environ quinze personnes. L’ensemble des guides de l’ascenseur sont regroupées sur un seul côté afin de libérer entièrement la vue à travers la paroi vitrée et de pouvoir disposer de deux portes, d’entrée et de sortie, en vis-à-vis. Quant à la scénarisation des changements de vitesse de l’ascenseur, elle relève de la programmation de la carte électronique. “L’architecte de l’époque souhaitait que de l’eau ruisselle sur la paroi vitrée de la cabine, se souvient Patrice Huet, Directeur de production chez Drieux-Combaluzier. Mais nous avons réfréné ses ardeurs, car c’était techniquement impossible !” Il existe pourtant bel et bien une “Féerie des eaux” au Grand Rex, chaque année, avant la projection du Disney de Noël. Mais elle se passe sur la scène de la Grande Salle.

Éric Degueldre : “Une communication à tous les étages”

Entre le syndic de copropriétés Degueldre & Cie, 120e administrateur de biens de France, et Drieux-Combaluzier, la relation dure depuis si longtemps que plus personne ne saurait la dater avec précision. Peu importe, au fond, puisque l’important réside dans la nature de cette relation, Drieux-Combaluzier assurant pour le syndic la maintenance de 102 appareils à […]

Lire la suite

Bruno Bertoli : “J’admire l’excellence du Siècle des Lumières”

Au sein de son atelier d’ébénisterie d’art installé à Domazan dans le Gard, non loin d’Avignon, Bruno Bertoli nourrit depuis 42 ans la même passion immodérée pour les ouvrages de style en bois massif, uniques et originaux, qu’il s’agisse de portes, de boiseries ou de lambris. Grand admirateur du XVIIIe siècle français, il déplore que […]

Lire la suite

Philippe Michel : “Je suis né chez Drieux.”

Responsable des activités travaux, Philippe Michel est une mémoire vivante de Drieux-Combaluzier. Il confie aujourd’hui la passion qui l’anime… Depuis près de quarante-deux ans. Après quasiment quarante-deux ans d’ancienneté dans la maison Drieux-Combaluzier, Philippe Michel, responsable des activités travaux, est une mémoire vivante de l’entreprise dont il a connu les fondateurs. “Je suis né chez […]

Lire la suite