Luxe, verre et modernité

20 février 2017

Luxe, verre et modernité

Dans la rue de Longchamp, à Paris 16e, non loin de la place de l’Étoile, un magnifique immeuble haussmannien vit une nouvelle jeunesse depuis le remplacement de son ancien ascenseur par un modèle flambant neuf. Explications.

Créé et installé sur mesure

“ L’ancien ascenseur, qui datait des années 50, comportait une cabine métallique aveugle, intégrée dans un pylône grillagé, explique Éric Savary, conducteur de travaux chez Drieux-Combaluzier. Celui-ci ne garantissait pas pleinement la sécurité des usagers, car le grillage ne s’arrêtait qu’à 1,80 m de hauteur, laissant un accès à la colonne partiellement libre. ” Par ailleurs, la cabine et le grillage apparaissaient inesthétiques en comparaison avec les ferronneries d’époque, les quincailleries en laiton, les fenêtres garnies de vitraux et les moulures en stuc voisines., Le nouvel ascenseur, créé et installé sur mesure par les équipes de Drieux-Combaluzier, répond à toutes les normes actuelles de sécurité, et il s’intègre harmonieusement dans l’existant grâce à l’alliance heureuse du verre et du métal peint. “ La structure porteuse du pylône, constituée de cinq poteaux en tôle électrozinguée, a été peinte dans un coloris blanc cassé identique à celui des murs en pierre et des moulures de toutes les parties communes, détaille Éric Savary. Et toutes les parois de l’ascenseur sont vitrées, de la colonne à la cabine. ”

Une vue à 360°

Chaque porte palière, entièrement vitrée et dotée d’une poignée de tirage en forme de “ bâton de maréchal ”, comporte une imposte vitrée en partie haute et des vitrages latéraux. La nouvelle cabine, recouverte d’un carrelage au sol, comporte une structure en inox, vitrée sur ses quatre faces latérales. Sa porte automatique à ouverture centrale comporte deux vantaux vitrés coulissants. Tout est ainsi fait pour faire circuler au maximum la lumière naturelle et procurer aux personnes une vue à 360° sur la cage d’escalier.

De l’espace gagné dans les combles

Compte tenu de l’existence de l’ancien ascenseur, il n’a pas été nécessaire de modifier la cage d’escalier pour intégrer le nouvel appareil : les garde-corps ferronnés ont pu être conservés intacts. La faible épaisseur des parois vitrées du nouveau pylône a même permis de gagner quelques centimètres et d’installer une cabine plus grande que l’ancienne et plus confortable. L’ancien moteur à contre-poids a donné place à un moteur à tambour qui élève la cabine à la vitesse maximale de 0,63 m/s jusqu’au plafond du dernier étage, ce qui a rendu obsolètes les anciennes poulies installées sous les combles.“ La copropriété a ainsi pu récupérer l’espace réservé autrefois à cette partie de l’ancien ascenseur ”, souligne Éric Savary. Ce qui, étant donné le prix du mètre carré à Paris, a dû réjouir les copropriétaires !

Contactez Drieux-Combaluzier

Newsletter 4 – Octobre 2017

edito

Éternelle jeunesse « À 20 ans ou à 70 ans, si tu as le coeur jeune… C’est la même chose », écrivait Henri Salvador*. Force est de constater que ce qui est vrai pour un homme l’est aussi pour une architecture, un immeuble, un ascenseur, une entreprise… Les majestueux édifices parisiens en pierre de taille […]

Lire la suite

Une rénovation en toute discrétion

beaux-ascenseurs

Avenue Kennedy, Paris 16e, l’ascenseur d’un élégant immeuble haussmannien a été remplacé par un nouvel appareil parfaitement intégré dans l’architecture de l’édifice. La remise à neuf a donné naissance à une réplique fidèle, confortable… Et aux normes ! Dans le prestigieux quartier parisien de Passy qui fait face à la Tour Eiffel, dans une avenue […]

Lire la suite

Travaux acrobatiques : un métier à la hauteur

patrimoine

Le Grand Palais, la Fondation Vuitton, le Sacré-Coeur… Mais aussi gares et bureaux, Olivier Desnous a été amené à gravir de nombreux édifices. En effet, depuis 17 ans, il dirige la société Sky Scrapper, spécialisée dans le nettoyage et les travaux acrobatiques. Rencontre.   Comment en êtes-vous arrivé à lancer une entreprise de nettoyage et […]

Lire la suite